Google appel l’évolution des Frameworks

« Les frameworks ralentissent parfois les applications Web. Ils sont également notre meilleur espoir pour accélérer les choses ».

C’est par ces mots que Nicole Sullivan, chef de produit Chrome, et Malte Ubl, responsable technique chez Google, ont fini leur présentation lors du Chrome Dev Summit 2018, la conférence annuelle de Google sur le développement Web.

Les 12 et 13 Novembre derniers Google a annoncé une multitude de mises à jour et de fonctionnalités pour son navigateur Google Chrome.

À l’heure actuelle, le Web est au centre des préoccupations de Google.

Le géant de la Tech a donc l’intention de financer à hauteur de 200 000 dollars le développement et la mise en œuvre de fonctionnalités liées aux performances dans les frameworks JavaScript.

Les équipes de développement de framework peuvent donc s’inscrire pour un sponsoring de la part de Google.

Avec cette initiative, Google pense : «Aider les développeurs à atteindre leurs objectifs de performance et donc de proposer à leurs utilisateurs une expérience utilisateur de haute qualité par défaut et de s’assurer que cela se produise à grande échelle ».

En plus de mobiliser des fonds pour aider les frameworks à améliorer leur base de code, Google a également invité les équipes de développement de certains de ces frameworks à fournir des informations en retour dans le cadre du processus de développement de Google Chrome.

«Nous voulons que les développeurs fassent preuve de créativité en abordant et en résolvant le problème de performance sur le Web, surtout à grande échelle. Nous examinerons les fonctionnalités qui ont un impact direct sur les performances de chargement et d’exécution»

En attendant plus de détails sur le processus de financement et de sélection dans les prochaines semaines, les développeurs intéressés ont de quoi s’en tenir.

Parmi les fonctionnalités annoncées pour Chrome, il y a : « celles sur lesquelles nous travaillons très dur qui consistent à rendre le navigateur encore plus rapide. Nous considérons la vitesse comme l’une des caractéristiques les plus importantes et déterminantes du Web. Aucune autre plate-forme ne peut rivaliser avec la rapidité avec laquelle un utilisateur peut passer de la découverte à l’expérience réelle et passer d’un site Web à un autre. Toutefois, cette interruption est possible si le chargement des sites prend trop de temps ou si l’interface utilisateur n’est pas attractive. Ainsi, nous aimerions collaborer encore plus avec la communauté des développeurs Web pour offrir des expériences attractives à nos utilisateurs finaux, dès qu’ils cliquent sur un lien ».

Ainsi comme nous pouvons le remarquer, le géant américain cherche une nouvelle fois, a améliorer la fameuse « expérience utilisateur » en améliorant la vitesse de réaction de son navigateur.

Actuellement deuxième navigateur le plus rapide du marché (0.38s au lancement) derrière Edge (0.30s au lancement), il reste néanmoins le navigateur le plus utilisé au monde, avec pas moins de 55% de parts du marché à lui seul.

Sources :

Le génie du web

On y à tous déjà fait un tour, c’est une certitude. « Akinator, le génie du web » est une application web-mobile développé par deux Français en 2007. (Société Elokence)

Le jeu en lui-même est simple: Akinator pose des questions au joueur pour qu’il devine  un personnage ou un objet auquel le joueur pense. Tout ceci grâce à une série de questions. Akinator possède une base de données énorme qui regroupe des personnages/objets et des questions avec leur réponses.

S’il n’a pas déjà deviné, Akinator propose sa réponse au bout d’une vingtaine de questions. S’il se trompe, il propose au joueur de continuer à lui poser des questions afin d’élargir sa recherche. Akinator prend en compte le fait que le joueur aurait potentiellement pu se tromper dans certaines de ses réponses.

Si après ces questions supplémentaires, il se trompe ou ne trouve pas la réponse, il propose au joueur de lui indiquer quel était le nom du personnage/objet demandé.

Akinator repose sur un moteur d’inférence nommé Limule. C’est à dire un logiciel correspondant à un algorithme de simulation des raisonnements déductifs.  Ce moteur est écrit en C++ et le site fonctionne en PHP5. Sa base de données évolue sans cesse, on y compte bien plus de 250 000 personnages.

Donc, si à la fin de partie, Akinator ne trouve pas le personnage, le joueur a la possibilité d’entrer le nom et la photo de son personnage, ce qui enrichit la base de données.

Sources :

  • https://fr.akinator.com/game
  • https://www.begeek.fr
  • https://fr.wikipedia.org

 

 

 

Les malwares et la crypto-monnaie

En juin dernier une étude réalisée par la société Palo Alto Networks aurait démontrée que 5% des Monero en circulation auraient été minés par l’intermédiaire de Malwares. Au moment du rapport, l’estimation de ce qui a été volé s’élèverait à 175 millions de dollars.

L’étude menée par Kaspersky

Dans une étude publiée il y a quelques jours par la société Kaspersky, les hackers semblent abandonnés les ransomwares classiques pour se diriger vers le minage de crypto-monnaie avec des malwares.

Cette technique permet d’exploiter la puissance des ordinateurs ciblés en toute discrétion, puisque les malwares se glissent bien souvent dans des fichiers de téléchargement et vont ainsi prendre le contrôle de la machine sans que l’utilisateur ne s’en aperçoive. De plus, les pirates auraient sophistiquer leur script afin de contourner les systèmes de sécurité. Les machines infectés seraient ainsi utiliser lorsque l’utilisateur n’est pas actif ou lors de périodes creuses.

Cependant il semblerait que ces derniers mois le nombre d’attaques auraient tendances à baisser, car le cours des crypto-monnaies s’est lui aussi effondré. Les hackers auraient ainsi réduit leur activité, attendant que le minage redevienne plus rentable.

Evolution du nombre de malwares minant la crypto-monnaie

Certains pays semblent également plus touchés que d’autres par ce phénomène. Le Vietnam qui a interdit le minage de ces crypto-monnaies, est le deuxième pays le plus touché par ces malwares. Les pays les moins touchés par ces attaques étant les États-Unis(1,33%) , la Suisse(1,56%) et le Royaume-Uni(1,66%).

Liste des 10 pays les plus touchés

Source : pressecitron – Les malwares auraient miné 5% de tous les Monero en circulation

Fancybox

FancyBox est une bibliothèque JavaScript qui permet d’afficher différents types de contenu, HTML ou multimédia dans une lightbox, un overlay au premier plan devant la page Web.
Le contenu affiché peut être des images, des iframes, des films au format swf, des éléments HTML. En plus du contenu, on choisit l’animation qui va l’afficher, et s’il y a plusieurs éléments, les transitions entr eux. Pour ça, FancyBox supporte les animations et transitions sophistiquées en utilisant l’accélération matérielle. Enfin on choisit les événements qui vont déclencher l’animation. Conçu avec JQuery, la bibliothèque est optimisée pour mobile avec la gestion des événements tactiles.

Elle est assez configurable et personnalisable, autant par les paramètres du script qu’en css. . Il peut s’agir des dimensions du contenu, de la couleur et l’opacité de la lightbox, de placer les flèches pour basculer d’un élément au suivant, d’afficher ou non un titre,  ou une icone, ou des boutons liés aux réseaux sociaux.

Il est possible d’utiliser de l’utiliser directement, sans écrire aucune ligne de script.

Le site propose une documentation complète ainsi que quelques exemples pour se donner une idée du rendu.

FancyBox est libre pour une utilisation personnelle et à but non commercial.

http://fancyapps.com/fancybox/

Le bras connecté

Grâce aux nouvelles technologies, nous retrouvons de plus en plus d’objets connectés.

Un bras connecté ?

Pour une fois ce ne sera pas un objet connecté au réseau mais un bras connecté au corps humain directement. Pour le moment cette opération a été réalisée seulement 200 fois, mais ce sera une première en France : plus précisément à Nantes. Le parcours a commencé le 21 Novembre 2018.

Du côté de la patiente.

Priscille Deborah est une française qui à la suite d’un accident de la vie, s’est vu démunir de ses deux jambes et de son bras droit. Le prothésiste qui la suit a pu lui faire connaître cette opération médicale, qui pourra lui permettre d’avoir une prothèse bionique. Celle-ci sera reliées à six capteurs qui seront placés sur des nerfs moteurs qui seront relocalisés (sur le pectoral, dans le dos et sur le moignon).

C’est une opération qui va demander beaucoup de temps de préparation, car après l’opération il faudra attendre environ 5 mois que le moignon désenfle pour pouvoir faire un nouveau moulage pour que le manchon soit parfaitement adapté. Par la suite c’est une rééducation de plus de deux ans qu’elle devra suivre pour créer des nouvelle connexions neuronales pour faire fonctionner ces nouveaux capteurs.

Du côté médical.

C’est une opération assez classique des nerfs qui prendra quand même 5h, mais le plus compliqué sera le temps que devra passer Priscille Deborah à faire sa rééducation. Elle sera accompagnée par l’équipe de rééducation de la Tourmaline, qui se trouve aussi à Nantes.

Pendant deux ans elle passera une semaine au centre de rééducation pour apprendre à son corps à faire fonctionner de nouveaux nerfs. Pour ce qui en est du suivi médical la sécurité sociale prend en charge la totalité, mais pour payer la prothèse elle a levé des fonds car elle coûte 80.000 euros pour le premier format car il y a une gamme au dessus qui coûte 130.000 euros.

sources:

Pour la première fois, une Française va recevoir une prothèse contrôlée par la pensée

https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/nantes/prothese-bionique-premiere-medicale-francaise-nantes-1578479.html

 

Un casino piraté par le thermomètre d’un aquarium. Les objets connectés une cible parfaite pour la cybermalveillance

Lors du développement d’un objet connecté il est primordial de penser à sa sécurité.

Les objets connectés sont pour certains mal sécurisés, ceux-ci sont des portes ouvertes à la cybercriminalité et deviennent des cibles de choix.

Leur connexion à un réseau pour transmettre certaines informations est un avantage et un outil très pratique. Cependant ils sont une faille dans des réseaux qui peuvent contenir des informations importantes. Ils sont donc une préoccupation principale pour les personnes travaillant dans la sécurité informatique.

Découvrons ensemble quelques cas de piratage grâce à certains objets connectés auxquels on ne penserait pas…

Un casino piraté par le thermomètre d’un aquarium connecté.

Qui aura pensé au thermomètre de l’aquarium ? Le pirate. Grâce à cet objet situé dans le hall d’entrée du casino, toute une base de donnée a été volée. Celle-ci concerne les clients misant les plus grosses sommes du casino.

Des données personnelles volées par des jouets connectés VTech.

Le pirate a utilisé une plate-forme de téléchargement de contenu pour ces jouets. Ce sont 5 millions de compte parents, et 6.3 millions de compte enfants qui ont été exposés à l’attaque.

Les noms, prénoms, mots de passes, adresses mails et postales ainsi que des dates de naissances et sexe des enfants ont été dérobés.

Une attaque par déni de services, réalisées à partir de millions de webcams, imprimantes et thermostats.

Twitter, Netflix, Amazon, le New York Times ont été victimes d’une attaque par déni de services, dirigée par un virus lancé par ces objets connectés. La compagnie de gestion de nom de domaines Dyn, s’est vu submergés par des requêtes émises par ce virus depuis tout ces appareils. Dyn héberge les sites de ces grandes compagnies, ce qui a causé leurs défaillances.

Pirater un pacemaker ? Une expérience réussie menée par des chercheurs, bien heureusement sur un mannequin.

Des chercheurs ont réussi à pirater un pacemaker et agir sur sa fonctionnalité. Il est donc prouvé qu’aujourd’hui il est possible de pirater un pacemaker, l’arrêter, modifier le rythme cardiaque du patient par celui-ci (l’accélérer, le ralentir…) ce qui peut altérer la santé du patient et conduire à son décès.

 

En savoir plus :

À lire sur Numerama : Objets connectés : un casino piraté à cause d’un thermomètre pour aquarium

https://www.francetvinfo.fr/internet/securite-sur-internet/cyberattaques/les-objets-connectes-faciles-a-pirater_2764121.html

https://www.zdnet.fr/actualites/ia-et-cybersecurite-info-ou-intox-39876891.htm

http://leparticulier.lefigaro.fr/jcms/p1_1704227/gare-aux-donnees-personnelles-avec-les-objets-connectes

https://www.france24.com/fr/20161022-cyberattaque-perturbe-acces-paypal-twitter-spotify-web-piratage-internet

https://www.computerworld.com/article/2981527/cybercrime-hacking/researchers-hack-a-pacemaker-kill-a-man-nequin.html

 

Mia arrive à Lyon début 2019

Qui est cette Mia ?

Mia ( Mobilité Intelligente Autonome ) est une navette autonome qui va être mis en place dans une ZAC de Lyon, pour un trajet de 1,2 kilométré durant un test de deux ans.

elle pourra accueillir jusqu’à 15 passagers, une vitesse de 25 km/h et desservira 6  arrêts avec 3 trajets par jours 7h-9h, 12h-14h et 17h-19h.

 

Une expérience grandeur nature !

Le parcours de Mia débute donc à l’arrêt situé au bout de la ligne de tram et se poursuit dans la ZAC de Gaulnes. elle passe par trajet emprunté par plus de 1500 salariés est deux carrefours en pleine circulation.

Pour faciliter sont trajet Mia est équiper de la technologie V2X qui interagie sur sont environnement comme les feux tricolores pour y devenir prioritaire.

L’idée est de tester ce transport du dernier kilomètre et de voir comment les gens réagissent à l’arrivée de cette navette autonome. Le consortium souhaite montrer qu’aujourd’hui la technologie pour faire rouler une navette autonome existe et qu’il est possible de créer un tel service grâce à un financement regroupant des entités publiques et privées.

Le Royaume-Uni avance d’un pas dans le domaine de la surveillance.

Le Royaume-Uni veut réussir à anticiper les crimes grâce à l’utilisation de base de données et à l’intelligence artificielle.

Ce projet devrait voir le jour en mars 2019 et permettra donc de prévoir les crimes.

Cette idée ressemble au film Minority Report qui est sorti en 2002. Ce film se passe en 2054 à Washington et il parle d’une société future qui a éradiqué le meurtre en se dotant d’un système de prévention, détection, répression. Ce système capte les signes précurseurs des violences homicides et en adressent les images à leur contrôleur.

Mais ici le Royaume-Uni mise sur une intelligence artificielle nommé « National Data Analytics Solutions (NDAS) » et qui sera mise en service en mars 2019. En utilisant des bases de données criminelles et l’apprentissage automatique, le système visera à évaluer le risque qu’une personne commette un nouveau crime. Pour cela, ils miseront sur 30 indicateurs isolés dans une base de 1.400 comme le nombre de crimes précédents ou leur « catégorie sociale ». Ce système va seulement contrôler les personnes qui ont déjà commis un crime ou un délit. Au début le système sera mise en place dans les Midlands de l’Ouest mais avec le temps l’objectif et dans plusieurs villes.

Mais qui peut nous dire ce système sera utilisé correctement ? Surtout que le pays a déjà été condamné pour avoir abusé de la surveillance numérique.

Être malvoyant et utiliser Instagram

Tout bon développeur web connaît l’importance d’un texte alternatif lié à une photo sur son site internet. Codé manuellement, il va permettre à un utilisateur malvoyant de connaître le contenu de l’image affichée à l’écran. Dernièrement, Instagram a pu intégrer dans son application ce type de texte alternatif de façon automatique.

Le fonctionnement ?

L’utilisateur ajoute une photo sur son compte, la commente si besoin et la publie par la suite. Lors de la publication de cette image, une intelligence artificielle basée sur la technologie de reconnaissance va décoder les différentes parties de l’image pour en faire une description précise. Une fois listé, chaque élément est associé à un mot-clé le représentant qui générera automatiquement un texte alternatif. Pour chaque image, ces textes alternatifs sont ainsi lus à haute voix par une seconde IA, le lecteur d’écran, pour la retranscrire à un utilisateur malvoyant. De plus, les textes alternatifs peuvent être personnalisés par la personne qui poste la photo grâce à un espace dédié à la description avant publication de l’image.

Avec 285 millions de personnes malvoyantes dans le monde, Instagram élargit ainsi considérablement ses utilisateurs en palliant directement à un éventuel déficit visuel. Cette fonctionnalité avait été développée quelques années auparavant par Facebook sur la base d’un système d’audiodescription. Instagram évolue seulement maintenant mais promet le développement d’autres fonctionnalités destinées aux malvoyants très prochainement.

Sources : Begeek, Presse Citron, 01.Net.

Processing JS pour la création de graphismes web

Processing JS permet d’utiliser le langage Processing pour créer des graphismes web 2D ou 3D grâce aux canvas HTML5.

Pourquoi utiliser les canvas

Les interactions avec le DOM sont connues pour être lentes et c’est pour cette raison qu’on essaie en général d’en limiter le nombre. Cependant lors de la création de graphismes web on peut rapidement avoir besoin de modifier un nombre important d’éléments des dizaines de fois par seconde afin d’avoir un rendu fluide et agréable à l’œil.

C’est pour répondre à cette problématique que les canvas HTML5 ont été créés. Ils sont optimisés pour le graphisme et permettent de n’avoir à interagir qu’avec un seul élément du DOM tout en en affichant un nombre important.

Processing JS

Originellement développé par Ben Fry et Casey Reas, Processing a débuté en tant langage de programmation open source basé sur le Java afin d’aider les communautés d’art électronique et de design visuel à apprendre les bases de la programmation. Processing JS permet au code Processing d’être exécuté par n’importe quel navigateur compatible avec le HTML5.

Comment utiliser Processing JS

Afin d’utiliser Processing JS il suffit de télécharger la dernière version et de l’ajouter en tant que script, puis de créer un canvas avec un attribut data-processing-sources précisant le script à exécuter, et enfin d’écrire son script en Processing ou en Javascript.

Le html comprendra donc les éléments suivants :

<script src="processing.js"></script>
<canvas data-processing-sources="anything.pde"></canvas>

Exemple de code

// Variables globales
float radius = 50.0;
int X, Y;
int nX, nY;
int delay = 16;

// Initialise le canvas
void setup(){
  size( 200, 200 );
  strokeWeight( 10 );
  frameRate( 15 );
  X = width / 2;
  Y = height / 2;
  nX = X;
  nY = Y;  
}

// Boucle principale de rendu
void draw(){
  
  radius = radius + sin( frameCount / 4 );
  
  // Trajet du cercle vers la nouvelle destination
  X+=(nX-X)/delay;
  Y+=(nY-Y)/delay;
  
  // Remplit le canvas de gris
  background( 100 );
  
  // Définit la couleur de remplissage (bleu)
  fill( 0, 121, 184 );
  
  // Définit la couleur de bordure (blanc)
  stroke(255); 
  
  // Dessine le cercle
  ellipse( X, Y, radius, radius );                  
}


// Définit la nouvelle destination du cercle
void mouseMoved(){
  nX = mouseX;
  nY = mouseY;  
}

Liens